Identification réussie 1

Nom partiel / grade , unité, lieu et date décés inconnus / n°de matricule connu:

Inscription

Voici la tombe à Ypres

*

Et voici la fiche qui correspond:

La tombe est donc celle d’Henri Clareton, jeune aprenti marin sans spécialité, mort à 20 ans près de Nieuport

La brigade de fusiliers marins sur l’Yser:

Lorsque la guerre est déclarée en août 1914, la Marine française dispose de fusiliers marins inemployés à bord de ses bâtiments. Pour les utiliser, il est décidé, en août 1914, de créer une brigade forte de 6 000 hommes organisée en deux régiments qui seront les 1er et 2e régiments de fusiliers marins. Le commandement de la brigade est confié à l’amiral Ronarc’h. Elle se constitue à Paris, avec des éléments venant de tous les ports français.

En octobre 1914, les Allemands en surnombre menacent d’anéantir les défenses belges. La brigade reçoit la mission de renforcer l’armée belge, pour aider son repli vers la France et protéger le port de Dunkerque.  La brigade est donc transportée en train dans les Flandres, puis elle se dirige vers Anvers où se trouve assiégée l’armée belge. Elle ne peut aller au delà de Gand, les allemands sont déjà en force dans ce secteur.   Les fusiliers marins se battent les 9, 10 et 11 octobre pour protéger la retraite des troupes belges qui se retirent d’Anvers. Ensuite, les marins décrochent vers Dixmude qu’ils atteignent le 15 octobre après une marche épuisante: ils sont poursuivis par cinquante mille Allemands et il faut faire des marches de trente à quarante kilomètres.

Le lendemain, 16 octobre, la ligne de défense des marins est à peine constituée que les Allemands lancent leur première attaque. Les combats pour Dixmude commencent, opposant 6000 marins de la brigade et 5000 Belges aux forces allemandes, environ 30000 hommes.

Les combats sont acharnés, les vagues d’assaut allemandes sont contenues mais de plus en plus difficilement.  Le 25 octobre le roi Albert Ier sur proposition de  son état-major décide l’inondation entre l’Yser et la voie de chemin de fer de Dixmude à Nieuport.

Cela sauve la situation sur l’Yser.  Le 10 novembre, les défenseurs de Dixmude sont contraints, après d’âpres combats qui se terminent en corps à corps d’abandonner la ville en feu et de repasser sur la rive gauche de l’Yser.   Ils s’étaient engagés à tenir la ville pendant quatre jours, mais ils ont tenu trois semaines, face  aux Allemands qui ont laissé 10 000 morts et plus de 4 000 blessés.   Les pertes des défenseurs sont elles aussi effroyables. Les marins ont plus de 3 000 hommes morts ou hors de combat.

Le 15 novembre, l’offensive allemande est définitivement stoppée.

Ce jeune marin à donc participé à cette lutte farouche avant de trouver la mort quelques semaines plus tard près de Nieuport.

**

Cette identification a  été reconnue par les services du ministère de la défense en novembre 2012.

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans Identification, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s