336 RI

336ème RI

_________________________________

Tombe de AIMABLE Désiré

A Sillery (Marne)

A Sillery (Marne)

Jolie association de nom et prénom Désiré et  Aimable…

Ce soldat est mort le 20 octobre 1915 à l’ambulance de Thuisy dans la Marne à cause des gaz asphyxiants reçus. Il avait 36 ans…

Le 336 ème RI combat dans la région de Reims pendant ses combats (1914 1916). Il est dissous en Juin 1916.

En mars 1915 il y a un acte d’indiscipline près du moulin de Souain. Les soldats refusent de bondir hors de la tranchée . Arbitrairement 4 caporaux sont désignés coupables et sont fusillés (17 mars 1915) . Ils seront réhabilités 20 ans plus tard.

Voici leur histoire:

RI 336 suippe mairie (8)

En Champagne, le 10 mars 1915 à cinq heures du matin, après deux mois d’accrochages sans résultat tangible dans le secteur et deux récentes attaques infructueuses, les poilus de la 21e compagnie du 336e régiment d’infanterie reçoivent l’ordre d’attaquer de nouveau à la baïonnette et de reprendre les positions ennemies établies au nord du village de Souain (Marne).

Devant eux, le terrain est déjà jonché de cadavres et se trouve directement pris sous le feu des mitrailleuses allemandes. De plus, la préparation d’artillerie habituelle avant l’attaque, au lieu de secouer les positions allemandes, envoie ses obus sur la tranchée française et laboure le terrain d’assaut. Dans ces conditions, les hommes de la 21e compagnie, épuisés après plusieurs jours de tranchée, démoralisés par les précédents insuccès, et ayant sous les yeux le spectacle des cadavres de leurs camarades tombés dans les fils de fer intacts, refusent, ce jour-là, de sortir des tranchées.

À cet instant précis, il est clair qu’ils anticipent l’échec et l’inutilité d’une attaque qui les voue à une mort certaine. Tout soldat paraissant sur le parapet étant immédiatement atteint par les balles. Plus tard, le bombardement des tranchées françaises fera l’objet d’une polémique, à la suite d’un témoignage : le général Réveilhac, qui avait ordonné l’attaque, aurait demandé à l’artillerie de pilonner les positions françaises pour obliger les soldats à sortir de leurs tranchées.

Suite à la désobéissance des hommes de la 21e compagnie, le général Réveilhac exige des sanctions. Le capitaine Equilbey, commandant de la compagnie, est alors tenu de transmettre à ses supérieurs une liste portant les noms de six caporaux et de dix-huit hommes de troupe, choisis parmi les plus jeunes, à raison de deux par escouade. Le 15 mars, le général donne l’ordre de mise en jugement directe des 24 hommes désignés.

Le règlement militaire s’appuyait sur cette phrase « La discipline faisant la force principale des armées, il importe que tout supérieur obtienne de ses subordonnés une obéissance entière et une soumission de tous les instants », pour cela le commandement obtient le 6 septembre 1914, l’instauration de conseils de guerre spéciaux, jugement en flagrant délit avec trois juges n’étant pas soumis à appel et la sanction se devait d’être exécutée rapidement. Ces tribunaux disparaîtront le 24 avril 1916.

Le 16 mars 1915, les inculpés comparaissent devant le conseil de guerre de la 60e division demandé par le général Réveilhac avec ce motif : « refus de bondir hors des tranchées ».

« Quiconque montait devait être fauché littéralement soit par les nôtres, soit par le feu des mitrailleurs allemands. », déclare le caporal Maupas lors de son interrogatoire.

Le verdict acquitte les dix-huit hommes du rang au motif qu’ils ont été choisis arbitrairement et deux caporaux (Gosselin et Lorin) au motif qu’étant en bout de ligne ils ont pu ne pas entendre l’ordre d’attaque. Seuls quatre autres caporaux, trois originaires du département de la Manche, le quatrième de Bretagne (d’une commune limitrophe du même département de la Manche), sont condamnés à mort le 16 mars 1915. Si le refus de sortir des tranchées était indiscutable, cette décision était celle de tous les hommes et le choix de ces quatre caporaux fut totalement arbitraire. Soit ils étaient tous coupables, soit aucun ne l’était.

Le lendemain, 17 mars 1915, en début d’après-midi et deux heures environ avant que n’arrive le recours en grâce qui commuait la peine en travaux forcés, les quatre caporaux sont fusillés par leurs camarades et devant le 336e régiment d’infanterie :

– Louis Girard, 28 ans, horloger, originaire de Blainville résidant à Paris, 17e arrondissement, marié, un enfant ;
– Louis Lefoulon, 30 ans, cheminot aux Chemins de fer de l’Ouest à Caen, originaire de Condé-sur-Vire, vivant en concubinage, un enfant ;

 

RI 336 suippe mairie (9) - Copie - Copie

Louis Girard // Louis Lefoulon

– Lucien Lechat, 23 ans, garçon de café à Vitré, originaire du Ferré, célibataire.
– Théophile Maupas, 40 ans, instituteur du Chefresne, marié, deux enfants .

RI 336 suippe mairie (9) - Copie

Lucien Lechat // Théophile Maupas

Dès la fin de la guerre, la veuve de Théophile Maupas, soutenue par la Ligue des droits de l’Homme contactée dès le mois d’avril 1915, entama un combat pour la réhabilitation de son époux et des autres caporaux fusillés de Souain ; combat contre les institutions, mené sans relâche, qui dura près de deux décennies et qui, en dehors de son activité d’institutrice, l’occupa à plein temps.

Sur cette carte de visite, on ressens l'impressionante détermination de la veuve de Théophile Maupas

Sur cette carte de visite, on ressens l’impressionnante détermination de la veuve de Théophile Maupas

Le 11 avril 1920, le ministère de la Justice refusait d’examiner le dossier. Le 26 mars 1922, le dossier des caporaux de Souain était rejeté par la Cour de cassation qui jugeait sur la forme sans trouver à redire sur le fond, puis une seconde fois le 21 avril 1926. Blanche Maupas créait alors le « Comité Maupas » qui deviendrait en 1928 « Comité national pour la réhabilitation des victimes de guerre ».

Par deux fois, malgré le long travail d’enquête, l’accumulation des témoignages et l’épaisseur des dossiers constitués par Blanche Maupas et la Ligue des droits de l’Homme, les demandes de réhabilitation avaient été rejetées.

Eulalie Lechat, la sœur du caporal Lechat, avait elle aussi créé un comité en 1923 avec l’aide de la Ligue des droits de l’Homme. Le caporal Lechat fut ré-inhumé au cimetière du Ferré le 16 octobre 1924. Pendant plusieurs années, des meetings furent organisés dans toute la France ; la presse régionale et nationale ne cessa de parler de l’affaire et les soutiens affluèrent de dizaines d’associations de mutilés de guerre et d’anciens combattants. Il y eut de nombreuses signatures de motions, des protestations devant la Chambre des députés, toutes demandant la réhabilitation des caporaux de Souain.

Il fallut cependant attendre jusqu’au 3 mars 1934 pour que la Cour spéciale de justice accepte de juger sur le fond et donne un avis favorable à la réhabilitation des quatre caporaux de Souain. Cette cour, nouvellement instaurée pour examiner les dossiers en suspens des Conseils de guerre, comprenait, à côté des juges et à parité, des représentants des anciens combattants. Les épouses des fusillés reçurent le franc symbolique au titre de dommages-intérêts, mais l’essentiel était que ces quatre hommes soient réhabilités dans la mémoire des Français et que leurs veuves puissent enfin faire valoir leurs droits à pension. Blanche Maupas avait pu, à titre individuel, obtenir cette compensation dès 1921. (Soure Wikipedia)

Monument à Suippes

Monument à Suippes (2007)

*

A Suippes, au centre d'interprétation

A Suippes, au centre d’interprétation

*

*

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans 336 RI, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s