211 RI

211ème RI

C’est finalement à Senlis que j’ai trouvé une tombe d’un soldat de ce régiment.

A Senlis

Emile Bingert est mort à Senlis en 1918. Pas d’information recueillie sur ce soldat. Ce qui est étonnant, c’est que le régiment était alors dissous depuis plus de 2 ans… Nom inconnu, régiment dissous depuis deux ans, c’est une énigme.

-> Soit une erreur de transcription, soit décédé de blessures après un très long séjour en hôpital. Si vous avez des informations plus précises n’hésitez pas.

***

Sur le monument aux morts de Moyvillers (Oise), un soldat du 211ème RI est commémoré.

A Moyvillers

A Moyvillers

Felix Nicolas Froissart est mort le 6 mars 1916 à la cote de l’Oie près de Cumières.  Il avait 36 ans.

A la bataille de Verdun le régiment perd les deux tiers de ses hommes (plus de 7 hommes). Son Lieutenant-Colonel y est fait prisonnier ( Attaque allemande du 7 mars)
Le 211e R.I est dissous le 14 avril 1916.

Vue d'ensemble du monument

Vue d’ensemble du monument

La situation à Verdun, début mars 1916:

Les Allemands attaquent autour du Mort-Homme, du côté de la rive gauche, du bois des Bourrus, du bois de Cumière et du bois des Corbeaux. Puis ils attaquent sur la rive droite autour du fort de Vaux, de la Côte du Poivre et d’Avocourt. Ce sont à chaque fois des boucheries pour les deux camps.

Le 6 mars 1916, les Allemands pilonnent et attaquent le Mort-homme sur la rive gauche. Mais le feu français les arrête. Cette « bataille dans la bataille » va durer jusqu’au 15 mars. Au cours de ces 10 jours, le secteur est transformé en désert. Les combattants des deux bords y connaissent toutes les souffrances.

Simultanément, le 7 mars, les Allemands lancent une offensive sur la rive droite, à partir de Douaumont. Cette partie du front fut le secteur le plus durement touché de la bataille. Le fort de Souville (aujourd’hui totalement en ruine), l’ouvrage de Thiaumont (totalement rayé du paysage), l’ouvrage de Froideterre (qui a bien résisté, bien que les différents organes du fort ne soient pas reliés par des souterrains) permirent à l’armée française de s’accrocher sur la dernière position haute dominant la ville de Verdun. Le village de Fleury-devant-Douaumont fut le théâtre de combats particulièrement intenses, il fut pris et repris seize fois. Mais les Allemands n’iront pas plus loin. Ce village, qui fait aujourd’hui partie des huit villages fantômes de France (qui ont un maire, mais n’ont plus d’habitants), a représenté l’avance extrême de l’armée allemande devant Verdun.

Les armées françaises et allemandes sont impitoyablement usées et saignées à blanc. Nombreuses sont les unités qui doivent être entièrement reconstituées à plusieurs reprises ou qui disparaissent.

* * *

A l’honneur

A L HONNEUR

des moustaches magnifiques…

*

RI 211 vign

Vignette du régiment vers 1916

En aout 1914 , durant la retraite francaise, le 24, le régiment a des très fortes pertes (secteur Etain Longuyon). Il prend place dans le dispositif français près de Verdun où il stationne durant toute l’année 1915.

Le régiment combat à Verdun en février mars 1916. Il y est presque complètement détruit. Le régiment est dissous en avril 1916

*****

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans 211 RI, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s