228 ème RI

228 ème RI

Tombe des Frères Poureau

A Remy

Auguste Poureau du 228ème RI est mort dans l’aisne en 1917 et sa dépouille a été réunie avec celle de son frère Robert, mort au combat à Monchy Humières le 16 juin 1918, à la fin de la bataille du Matz.

__

historique sur ancestramil

__

Vignette du régiment 1916

Vignette du régiment 1916

__

 

 

 

 

 

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans 228 RI, vignette, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour 228 ème RI

  1. *** dit :

    Beaucoup de corps tombés au début de la guerre n’ont pas de tombes connues.
    Ce qui explique les ossuaires. Eventuellement le corps a pu retourner dans une tombe familiale.
    C’était possible après guerre.

  2. Bedel dit :

    mon grand père Godefroy Jules Louis Fernand né le 8.10.1891 à Baux de Breteuil Eure France appartenant au 228è régiment mort fin aout 1914 n’apparait pas dans la liste des morts pouvez vous me donner des informations annick.bedel@free.fr merci

    • *** dit :

      Bonjour
      votre grand père est bien référencé sur le site « mémoire des hommes ».
      Il est mort au combat le 29 aout 1914 à Macquigny.

      L’historique du régiment nous montre qu’il est mort lors de la bataille de Guise dans des circonstances difficiles:
      C’est à travers ces difficultés inouïes et au prix de fatigues inexprimables que le 228e arrive le 27 août à Guise, où il reçoit l’ordre de tenir le faubourg de Flavigny-le-Petit et celui de Saint-Sulpice. Toute la nuit, nous assistons au défilé interminable des divisions anglaises, que nous espérons jusqu’au dernier moment, voir rester à nos côtés, pour défendre les passages de l’Oise, et notre déception est grande, lorsqu’à l’aube, le dernier détachement anglais traverse la ville, disparaît, nous laissant seuls dans l’angoissante incertitude des événements.
      Dans la matinée, le Colonel reçoit les ordres de l’État-Major du Général VALABRÈGUE: « La mission du Régiment, dit-il au Colonel FAKLER, est une mission de sacrifice ; le 18e C. A. ne peut arriver à Guise avant 18 heures ; jusque-là, l’ennemi ne devra pas traverser les ponts. »
      Ce fut au 5e Bataillon qu’échut la tâche de défendre les ponts de Guise, et au 6e Bataillon de se porter aux ponts de Longchamps et de Macquigny. (Là ou est mort votre grand père)…

      • Bedel dit :

        merci de votre réponse je suis allée au cimetière de la désolation mais très peu de noms sont inscrits ? pourriez vous me dire ou il a pu etre enterré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s