78ème RI

78ème RI

Tombe du capitaine Pierre Chebroux, mort en décembre 1914

A Jonchery sur Suippes

A Jonchery sur Suippe

Circonstances de la mort de ce Capitaine:

Des attaques partielles sont ordonnées, et, le 21 décembre, c’est le tour du régiment, qui doit attaquer, de concert avec le 63e, les tranchées ennemies du saillant dit « le bois B », au nord de Jonchery.
Cette position, qui domine le ruisseau de la Hain, a déjà été attaquée à plusieurs reprises. Cette fois, le commandement a pris les plus grandes précautions ; l’artillerie de campagne a été rapprochée, la faible artillerie lourde du secteur a été renforcée.
Aussi quelques brèches ont-elles pu être faites dans les fils de fer ennemis dont la floraison est déjà abondante, mais sans qu’on ait pu réussir à endommager les tranchées.
Les mouvements préparatoires se font dans de très mauvaises conditions, par une nuit noire, dans une terre détrempée et sous la pluie. Quelques minutes avant l’attaque, le lieutenant-colonel de MONTLUISANT, commandant le 78e , et le commandant THÉROND, commandant le 3e bataillon, chargé de l’attaque, sont blessés et remplacés par le commandant TATIN et le capitaine TEILHAC.
A l’heure prescrite, les 9e et 12e compagnies s’élancent à l’assaut, au pas de course. L’ennemi déclenche aussitôt un tir furieux de ses mitrailleuses. Les deux commandants de compagnie, capitaine CHEBROUX et lieutenant CHAMPSEIX, sont tués à mi-route ; les rangs s’éclaircissent, mais nombre de gradés et de soldats atteignent, sous les rafales, le parapet qu’ils franchissent.
La 10e compagnie, entraînée par le capitaine CAHUZAC, au courage légendaire, se porte à leur suite et gagne la tranchée ennemie, malgré les pertes qui jalonnent le chemin parcouru. Le barrage d’artillerie et de mitrailleuses de l’adversaire isole les assaillants des tranchées de départ, d’où la 11e compagnie ne peut déboucher.
Pourtant, le capitaine CAHUZAC, maître du saillant attaqué, peut faire parvenir un message de confiance par le brave caporal PEYROT !… Magnifique mais inutile énergie !… Le détachement CAHUZAC lutte dans la position conquise, où il est contre-attaqué de toux côtés. Malgré sa blessure, le vaillant officier résiste jusqu’à la dernière cartouche, presque jusqu’au dernier homme, et n’est pris lui-même qu’à terre, refusant encore de se rendre !…

ri 078 insigne

_____

Historique accessible ici:     http://tableaudhonneur.free.fr/78eRI.pdf

****

Tombe du Caporal Louis Verdier, mort en juillet 1917

tombe à Braine

Le caporal Louis Verdier était en réalité au 72ème RI et non au 78ème RI qui ne combattait pas dans l’Aisne à ce moment là.

**

***

Publicités
Galerie | Cet article, publié dans 078 RI, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s